copyright 2007 municipality of Nafplio
info@nafplio-tour.gr
created by Tool Ltd
managed by Radiant S.A.
Περιήγηση στο Ναύπλιο
Virtual Tour of Nafplio
Tour Guidé ă Nauplie
Rundgang in Nauplia
Visita a Nauplio

NAUPLIE (général)
LA VIEILLE VILLE (général)
LA BANLIEUE DE LA PROVIDENCE (PRONIA)
L’ÉGLISE DE LA TOUSSAINT
LE LION DE BAVIERE
MONUMENTS FUNÉRAIRES DU CIMETIÈRE DE NAUPLIE.
QUARTIER DE « LA NOUVELLE BYZANCE »
DÉPARTEMENT D’ÉTUDES THÉÂTRALES DE L’UNIVERSITÉ DU PÉLOPONÈSE
PINACOTHÈQUE NATIONALE – MUSÉE ALEXANDROS SOUTZOS, ANNEXE DE NAUPLIE
LA MAISON NATALE DE NIKOS KAROUZOS
PARC O.S.E – CONSERVATOIRE MUNICIPAL 'KONSTANTINOS NONIS' – MUSÉE DE L’ENFANT « STATHMOS ».
PARC KOLOKOTRONIS
PALAMIDI
PARC STAÏKOPOULOS
LA PORTE CONTINENTALE
BASTION GRIMANI
LE PALAIS DE JUSTICE
LA PLACE KAPODISTRIAS
MAISON D’ARMANSPERG
AKRONAUPLIE
LA PLACE DES TROIS AMIRAUX
L’HÔTEL DE VILLE
'GRAND RUE'
MUSEE DE LA GUERRE
LA CATHEDRALE DE SAINT-GEORGES
ASSOCIATION PROGRESSISTE DE NAUPLIE 'PALAMIDIS'
EGLISE CATHOLIQUE DE LA TRANSFIGURATION DU SAUVEUR
PLACE DE SAINT SPIRIDON
L’EGLISE DE SAINT SPIRIDON
L’EGLISE DE SAINTE SOPHIE
PORTE SAGREDO
PLACE DE LA CONSTITUTION
MUSEE ARCHEOLOGIQUE
VOULEFTIKO
MENDRESSES TURC / “PRISON DE LEONARDOS ”
'TRIANON'
LE QUARTIER DE “ GIALOS ”
FONDATION FOLKLORIQUE DU PELOPONNESE ET MUSEE “VASSILIOS PAPANTONIOU”
GALERIE D’ART DE NAUPLIE
LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE CENTRALE DE NAUPLIE «PALAMIDIS»
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS
PLACE DES PHILHELLÈNES
LA DOUANE
EGLISE DE LA VIERGE
PLAGE
BASTION DES 'CINQ FRÈRES'
BOURTZI
LA PROMENADE D’ARVANITIA
PSAROMACHALAS
EGLISE DE SAINT ANASTASSIOS
KARATHONA
AGIA MONI
Le Parc des Expositions Alpha Bank

AKRONAUPLIE


La presqu’île rocheuse d’ Akronauplie comprenait l’agglomération fortifiée de Nauplie depuis l’antiquité jusqu’à la fin du 15ème siècle. Ses remparts sont les témoins d’un passé riche en évènements. Son château, bien que son aspect se soit modifié par les interventions ultérieures, se cristallisa surtout pendant la période de l’occupation Franque et celle de la première occupation Vénitienne du 13ème au 16ème siècle. On a découvert à Akronauplie la présence d’habitations préhistoriques et dans son secteur ouest des fragments de remparts polygonaux qui datent de la fin du 4ème s. av.J.C. ainsi que des restes de remparts de la période hellénistique et de la période byzantine. En 1210-1212, les Francs, après avoir conquis la ville, ils séparèrent la région d’Akronauplie grâce à deux enceintes qui tenaient rôle de Châteaux. Il y avait donc, environ au centre de la presqu’île le « Castello dei Franchi » qui était le centre administratif et militaire de la ville et où habitaient aussi les seigneurs Francs et plus en hauteur, sur le côté ouest, le “Castello dei Greci” qui était destiné aux Grecs. Le Château des Grecs existait sans doute depuis l’époque byzantine alors que le château des Francs a sans doute été aménagé un peu plus tard. Les Francs ont construit un rempart entre les deux châteaux et une tour carrée au milieu de la colline pour surveiller tout ce qui se passait entre les deux châteaux. Au rempart Est du château des Francs, il y avait une porte protégée par deux tours circulaires et un retranchement de forme triangulaire. Cette porte était ornée des fresques intéressants et était connue comme la “Porte de la Paix”. En 1470, pendant leur première occupation, les Vénitiens qui se savaient sous la menace des invasions Turques, avaient avancé la réparation et le prolongement des fortifications d’Akronauplie et ce, sous la surveillance d’Antonio Gambello, illustre ingénieur de l’époque, et sous la gouverne de Vettore Pasqualingo. Une des premières œuvres et parmi les plus importantes de Gambello fut le renforcement des fortifications de la nouvelle enceinte d’Akronauplie. Il ajouta à l’est du château des Francs une nouvelle enceinte, bâtie sur un niveau inférieur. Elle prit le nom de « Castello di Toro » (de l’italien torrione ou grande tour sur le rempart d’une forteresse) et est encore en bon état de conservation. En montant les escaliers de l’église catholique on peut en admirer son imposante tour circulaire à créneaux dentés qui protège la porte du château et qui est un exemple remarquable de la renaissance flamboyante. Une autre œuvre de cette époque est la Traverse Gambello qui avait comme but de renforcer le château des Francs, grâce à la construction d’un second rempart transversal entre le château des Francs et celui des Grecs. La porte qui se trouvait entre les deux châteaux avait été fortifiée grâce à un donjon polygonal et un rempart à meurtrières en demi-cercle. Pendant la première occupation Turque, on fit seulement quelques petits travaux de restauration ou de complément. Les Turcs l’appelèrent Its-kalé, c'est-à-dire château intérieur. Dans ce château vivaient les gens simples, Chrétiens et Turcs. Les habitations des dignitaires étaient assemblées dans la ville basse. En 1686, lorsque les Vénitiens conquirent la ville, ils émirent une loi qui interdisait d’habiter dans le château d’Akronauplie. Ses habitants durent s’installer dans la ville basse qui avait subi de grandes transformations grâce à des alluvionnements, vers la fin du 15ème siècle. Akronauplie était désormais destiné à devenir un camp militaire. En 1829, le Gouverneur de la Grèce, Ioannis Kapodistrias y a édifié une grande caserne ainsi qu’un hôpital militaire. En 1926, la sinistre prison de Palamidi fut transférée dans les bâtiments de la caserne d’Akronauplie. En 1937, la prison accueillit également des prisonniers politiques jusqu’en 1960. En 1970-1971, la prison fut rasée et en son lieu et place fut construit l’hôtel “Xenia Palace”. A cause de cette démolition, une partie très importante des remparts et des constructions du château des Grecs fut détruite. La démolition de l’hôpital militaire de Kapodistrias suivit un peu plus tard et il n’y a que la chapelle des Saints Anargyri qui en subsiste encore. Aujourd’hui, on peut visiter le château d’Akronauplie soit en remontant à l’est le parc Staϊkopoulos ou la place Arvanitias, soit par l’escalier de l’église catholique et la porte du château des Tori. Il est à signaler que l’aménagement des trois enceintes intérieures est mieux visible de Palamidi.