copyright 2007 municipality of Nafplio
info@nafplio-tour.gr
created by Tool Ltd
managed by Radiant S.A.
Περιήγηση στο Ναύπλιο
Virtual Tour of Nafplio
Tour Guidé ă Nauplie
Rundgang in Nauplia
Visita a Nauplio

NAUPLIE (général)
LA VIEILLE VILLE (général)
LA BANLIEUE DE LA PROVIDENCE (PRONIA)
L’ÉGLISE DE LA TOUSSAINT
LE LION DE BAVIERE
MONUMENTS FUNÉRAIRES DU CIMETIÈRE DE NAUPLIE.
QUARTIER DE « LA NOUVELLE BYZANCE »
DÉPARTEMENT D’ÉTUDES THÉÂTRALES DE L’UNIVERSITÉ DU PÉLOPONÈSE
PINACOTHÈQUE NATIONALE – MUSÉE ALEXANDROS SOUTZOS, ANNEXE DE NAUPLIE
LA MAISON NATALE DE NIKOS KAROUZOS
PARC O.S.E – CONSERVATOIRE MUNICIPAL 'KONSTANTINOS NONIS' – MUSÉE DE L’ENFANT « STATHMOS ».
PARC KOLOKOTRONIS
PALAMIDI
PARC STAÏKOPOULOS
LA PORTE CONTINENTALE
BASTION GRIMANI
LE PALAIS DE JUSTICE
LA PLACE KAPODISTRIAS
MAISON D’ARMANSPERG
AKRONAUPLIE
LA PLACE DES TROIS AMIRAUX
L’HÔTEL DE VILLE
'GRAND RUE'
MUSEE DE LA GUERRE
LA CATHEDRALE DE SAINT-GEORGES
ASSOCIATION PROGRESSISTE DE NAUPLIE 'PALAMIDIS'
EGLISE CATHOLIQUE DE LA TRANSFIGURATION DU SAUVEUR
PLACE DE SAINT SPIRIDON
L’EGLISE DE SAINT SPIRIDON
L’EGLISE DE SAINTE SOPHIE
PORTE SAGREDO
PLACE DE LA CONSTITUTION
MUSEE ARCHEOLOGIQUE
VOULEFTIKO
MENDRESSES TURC / “PRISON DE LEONARDOS ”
'TRIANON'
LE QUARTIER DE “ GIALOS ”
FONDATION FOLKLORIQUE DU PELOPONNESE ET MUSEE “VASSILIOS PAPANTONIOU”
GALERIE D’ART DE NAUPLIE
LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE CENTRALE DE NAUPLIE «PALAMIDIS»
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS
PLACE DES PHILHELLÈNES
LA DOUANE
EGLISE DE LA VIERGE
PLAGE
BASTION DES 'CINQ FRÈRES'
BOURTZI
LA PROMENADE D’ARVANITIA
PSAROMACHALAS
EGLISE DE SAINT ANASTASSIOS
KARATHONA
AGIA MONI
Le Parc des Expositions Alpha Bank

PALAMIDI


La forteresse de Palamidi qui est de nos jours dans un parfait état de conservation, est l’une des réalisations les plus remarquables de l’architecture de fortification Vénitienne. La colline de Palamidi, qui doit son nom au héros des poèmes épiques d’Homère, Palamidis, semble ne pas avoir été fortifiée de façon systématique jusqu’ à la période de la seconde occupation vénitienne. Sa construction s’effectua de 1711 à 1714, sous le commandement d’Agostino Sagredo, chef suprême de la flotte Vénitienne. La fortification est une réussite remarquable tant au niveau de l’art de fortifier qu’à celui de sa vitesse de réalisation. Les architectes Giaxich et Lasalle ont fait les plans d’une citadelle qui se base sur un système où des bastions se soutiennent et s’imbriquent mutuellement. Ces bastions se déploient en échelon sur l’axe ouest-est. Un rempart est chaque fois leur point de liaison. Les 8 bastions de la citadelle sont indépendants afin que lorsqu’un d’eux tombait aux mains de l’ennemi, on puisse continuer à se défendre sur les autres. Le bastion central de Saint André en était la place forte et donc le mieux armé. On y trouve à cet endroit la chapelle de Saint André, jadis consacrée à Saint Gérard, le saint protecteur de la famille Sagredo. Le nom des bastions changeait suivant les seigneurs de la citadelle. Avec le bastion de Saint André, les Vénitiens ont construit ceux de Leonidas et Miltiadis au nord, Robert au nord-ouest, Themistoclis au sud et Achille à l'est. Le bastion Epaminondas fut terminé pendant l’occupation turque alors que celui de Fokion fut entièrement construit par les Turcs. Il faut souligner que pendant l’occupation turque, l’accès à la citadelle était interdit aux Chrétiens. C’est de Palamidi que commença la libération de ville, et ce après un très long siège. La nuit du 29 novembre 1822, une troupe de soldats Grecs sous les ordres de Staïkos Staïkopoulos, prit la citadelle par surprise. Dimitrios Moschonissiotis fut le premier à poser le pied sur le bastion d’Achille. Le 30 novembre à midi, après avoir mis un peu d’ordre aux ruines de la chapelle Vénitienne consacrée à Saint Gérard, on y célébra une messe et depuis lors, cette chapelle est consacrée à la mémoire de l’apôtre André dont le nom est fêté le 30 novembre, date à laquelle la ville redevint Grecque. Chaque année, à cette date, on commémore triomphalement la libération en célébrant un Te Deum. De célèbre citadelle qu’elle fut, Palamidi devint aussi un temps une prison sinistre. En 1833, sous la Régence, l’un des grands chefs de la Révolution Grecque, Théodoros Kolokotronis, fut vraisemblablement emprisonné dans le bastion Miltiadis. On l’accusait, soit disant, de haute trahison. Aux environs de 1840, le bastion Miltiadis, qui était le plus grand en dimensions, devint l’une des prisons les plus sévères du pays. C’est la prison qui accueillait jusqu’en 1926 les condamnés aux lourdes peines. Il y avait aussi une prison au bastion de Saint André mais les conditions y étaient bien meilleures. Aujourd’hui, on a accès à la citadelle soit par l’autoroute qui débouche sur la Porte Orientale, soit par le célèbre escalier qui se trouve à l’ouest de la citadelle et à l’est du bastion Grimani. Cet escalier dont la tradition veut qu’il soit fait de 999 marches car la millième avait été soit disant cassée par les sabots du cheval de Kolokotronis, en a moins en réalité. Il a été construit sous le règne d’Othon par des prisonniers de Palamidi et ce, sous la surveillance de l’armée Bavaroise. La vue sur le château d’Akronauplie est magnifique de la citadelle sur laquelle on peut admirer les bastions majestueux, la chapelle historique de Saint André et les impressionnantes citernes dans lesquelles on récolte les eaux de pluie encore de nos jours.